Référencer les pages profondes de son site internet

Nous savons aujourd’hui que l’inscription en masse dans les annuaires n’est plus une solution pour référencer son site, pas plus que la publication massive de communiqués de presse.

Si quelques inscriptions sont indispensables est toujours utiles pour le lancement d’un nouveau site, seules l’url racine ainsi qu’une ou deux pages principales peuvent profiter des liens annuaires ou CP, car pour conserver un profil de lien white hat, on ne peut plus publier des communiqués pour chaque page de son site internet.

Pas d’annuaire, ni de CP pour la long tail

À l’époque (il n’y a pas si longtemps), le référencement des pages profondes de son site internet ne présentait pas beaucoup de difficultés, car il suffisait de publier un, voire plusieurs communiqués de presse pointant vers des pages profondes via des ancres optimisées.

Mais désormais, sachant qu’au-delà d’une dizaine d’inscriptions aux plateformes de type annuaire ou CP, le profil lien d’un site devient suspect aux yeux de Google, nous ne pouvons utiliser les annuaires et sites de CP que pour référencer un nom de domaine et ses pages principales.

Dans ces circonstances, quelles solutions nous reste-t-il pour bâtir le profil lien des pages profondes ?

On pense immédiatement aux commentaires sur les forums, blogs et autres sites communautaires, mais ces derniers modèrent leurs commentaires et beaucoup sont paramétrés en no-follow. Sachant cela, il semble impossible de référencer correctement ses pages profondes aujourd’hui, sans compter que Google pénalise également les liens en masse issus des commentaires.

Que faire ? Pas grand chose à vrai dire, mis à part des articles invités qui sont couteux en temps et argent, car il faut rédiger un texte tout entier juste pour obtenir un lien ou deux. Ce qui peut être rentable dans certains cas, mais pas toujours.

Ce qui nous amène à nous poser la question de la qualité des liens, car il n’existe plus de solutions « faciles » reposant sur leur volume. Tout dépend désormais de la pertinence des liens, de leur crédibilité et donc de leur la valeur, une notion qui doit encore être défini.

Faire avec les supports de diffusion disponibles

Pour générer du lien entrant sur les pages profondes, nous avons donc la possibilité de publier des commentaires sur d’autres blogs, sur des forums et de rédiger des articles invités.

Puisque chacune de ses solutions comporte des avantages, des inconvénients et surtout des risques vis-à-vis de Google Panda et Pingouin, l’important est de savoir comment exploiter ces supports pour bâtir un profil de lien aussi efficace que white hat.

Pour atteindre cet objectif, il faut prendre en compte les critères de valeurs qui définissent la qualité d’un lien. En voici une liste :

  • La correspondance sémantique entre la page où est ancré le lien et la landing page.
  • Le nombre de commentaires sur la page source.
  • Le taux de rebond de la landing page suite aux visites issues du lien source.
  • Le nombre de +1 (Google) sur la page source et sur la landing page.
  • Le nombre de partages, commentaires et mentions » j’aime » sur Facebook et sur les autres réseaux sociaux (Linkdin, Viadéo, Strumbl, Pinterest, etc).
  • L’autorité de l’auteur du contenu source et celle du l’auteur du contenu de la landing page.
  • La durée des visites sur chacune des pages qui sont reliées par une ancre.
  • Etc.
  • En résumé, pour exploiter le potentiel des supports sur lesquelles il est possible de placer des liens, il faut s’assurer de la pertinence de leurs contenus et de leurs auteurs, s’assurer qu’ils disposent d’une communauté active, que leurs articles sont appréciés, partagés et s’assurer qu’ils utilisent les réseaux sociaux.

Il faut évidemment vérifier que les sujets présentent une sémantique de mots identique ou très proche de son site pour montrer à Google que le lien apporte une information supplémentaire en rapport avec la page source.

S’assurer que le lien ne soit pas modéré

Face au spam, les éditeurs de contenu, forum et autres plateformes qui permettent le partage sont de plus en plus méfiants. Les plus suspicieux paramètrent leur site pour qu’il ne propage pas leur Page rank, tandis que d’autres suppriment tout simplement les liens insérés dans les commentaires.

Dans les deux cas, le plus important est de s’assurer que le lien ne soit pas retiré du post ou de l’avis publié. Pour y arriver, il n’existe qu’une seule solution : apporter de la valeur ajoutée au contenu de la page où l’on souhaite insérer le lien.

Dans le cas d’un commentaire d’article par exemple, la valeur ajoutée se traduit par l’ajout d’une opinion sur le sujet, par une réflexion, ou par un avis contradictoire. Un commentaire de valeur ne peut se résumer à quelques mots tels que « Très bon article ! ». L’intervention doit apporter quelque chose de plus à l’article source tout en invitant à suivre un lien qui pourrait intéresser les lecteurs ou compléter leur lecture.

L’insertion d’un lien doit donc être justifiée pour que le modérateur ne le supprime pas. Ce qui suppose une approche orientée lecteur. Il en va de même pour toute intervention, quelle que soit la plateforme.

Dans le cas d’un forum d’entraide par exemple, on ne peut s’inscrire et y poster des liens sans avoir réellement aidé les usagers du forum.

Rappelons que les liens en no-follows sont presque aussi importants que ceux en do-follow, car ils montrent à Google que l’objectif du référenceur n’est pas exclusivement d’améliorer son Page rank. Il ne faut donc pas éliminer la possibilité de publier sur des plateformes en no-follow. Il faut certes privilégier des plateformes en do-follow, mais dans les deux cas, les interventions doivent apporter de la valeur.

Être actif sur le web

Lorsqu’un intervenant intervient souvent en réagissant aux commentaires et autres post, les modérateurs finissent par se souvenir de la personne ou entreprise en question.

Si cette dernière réagit souvent sur différentes communautés en apportant à chaque fois une analyse pertinente, les modérateurs seront plus enclins à lui autoriser l’insertion de liens, car si ses apports sont pertinents, les liens et lectures qu’il suggère le sont probablement aussi.

Il faut donc être actif et réactif sur plusieurs plateformes préalablement sélectionnées pour leur notoriété, leur trafic et l’activité de leurs communautés, afin d’être autorisé à publier le plus souvent possibles des liens.

Cette tâche est évidement très chronophage, aussi le recourt à un community manager peut s’imposer. En l’état actuel des choses, le référencement des pages profondes ne peut en tout cas pas être performant sans une stratégie de publication sur ce type de plateformes.

Conclusion

Pour référencer ses pages profondes correctement et conserver un profil de lien white hat, le community management se présente comme une discipline incontournable. Le métier se recentre progressivement vers le seo, sans pour autant annuler l’importance de l’animation.